FINANCEMENT D'ENTREPRISE EN DIFFICULTÉ

 

Les banques traditionnelles ne veulent pas vous suivre, refusant tout financement de matériel dont vous auriez besoin pour développer votre activité, ensemble TROUVONS la solution

 

 

Chaque année, plus de 55 000 défaillances d’entreprises sont enregistrées, soit plus de 200 par jour.
La cause principale de ces défaillances réside dans l’impossibilité pour ces sociétés de trouver des financements nouveaux.
En effet, suite à la crise financière, la Banque Centrale Européenne a durci considérablement les critères d’octroi de financement des banques traditionnelles. Ces critères ne permettent plus aux banques traditionnelles d’accompagner les sociétés en difficultés
Fort de ce constat, nous accompagnons les entreprises qui en ont le plus besoin.
Que vous soyez une jeune entreprise, votre taux d'endettement est trop élévé,
en conciliation, mandat Ad Hoc, procédures de sauvegarde ou en plan de continuation, LEASE FRANCE peut vous accompagner pour vos besoins de financement. N'hésitez pas à nous contacter pour en savoir plus sur le financement entreprise en difficulté.

 

De réelles solutions existent, pour tous les exemples suivants, les banques refusaient tous financements :

 

  • Un client basé en Bretagne, présentant des fonds propres négatifs, ne trouvait pas de solution pour remplacer son vieux camion magasin et ainsi pouvoir continuer son activité sereinement. Toutes les banques lui refusant de financer un nouveau camion, il nous a contacté et ensemble, nous avons trouvé la solution et le financement. Montant de l’investissement : 108 000 €.
  • Une cliente basée dans le Sud-Ouest, présentant un bilan faisant ressortir un CAF très faible, ne trouvait pas de solution pour remplacer son vieux camion magasin et ainsi pouvoir continuer son activité sereinement. Toutes les banques lui refusant de financer un nouveau camion, elle nous a contacté et ensemble, nous avons trouvé la solution et le financement. Montant de l’investissement : 90 000 €.
  • Un client basé en Alsace, présentant une très belle société, mais ayant un taux d’endettement très élevé c’est vu refuser le financement d’un gros matériel d’exploitation. Ensemble, nous avons trouvé la solution et le financement. Montant de l’investissement : 420 000 €.
  • Un client basé en Normandie, ayant rencontré une année difficile dû à la fluctuation du marché, ne trouvait pas la solution pour se faire financer un gros matériel d’exploitation. Après avoir pris contact avec tous ses partenaires bancaires, et essuyé une multitude de refus, il nous a contacté. Ensemble, nous avons trouvé la solution et le financement. Montant de l’investissement : 330 000 €.
  • Un client basé en Rhone Alpes, ayant besoin d'un investissement important par rapport à son CA annuel, afin de ne plus externaliser une partie de sa production, et ainsi améliorer sa rentabilité ne trouvait pas de solutions pour financer ce nouveau matériel. Après avoir pris contact avec plusieurs de nos partenaires financiers, nous avons trouvés un accord sur un tri baillage. Montant de l'investissement : 342 000 €.

Le financement d'une entreprise est primordial à son lancement et à son développement, mais aussi et surtout quand elle est confrontée à des difficultés. Le niveau de défaillance est plus élevé pour une jeune entreprise ou pour une société en difficulté.

 

Il est de notoriété publique qu'il n'est pas facile d'obtenir un financement pour société en période faste, alors à quoi s'attendre pour le financement d’une entreprise en difficulté ou une société en phase de démarrage lorsque les temps sont durs ?

 

Un financement professionnel pour une entreprise en difficulté ou une société en phase de démarrage est de rigueur lorsqu'il s'agit de difficultés structurelles requérant un retournement associé à un plan d'investissement pour se remettre ou d'une baisse d'activité transitoire générant un besoin urgent de trésorerie. Retrouvez dans cet article les différentes solutions de financement d’une entreprise en difficulté ou en démarrage

 

Le diagnostic initial pour chiffrer les​ besoins de financement

 

La première étape pour effectuer le financement d’une entreprise en difficulté consiste à définir précisément les besoins de financement réels de votre société. Il s'agit ici du montant exact dont votre entreprise a besoin afin de sortir une bonne fois pour toute de cette impasse.

 

Pour cela, il convient de ne pas se précipiter et de réaliser un diagnostic réaliste pour identifier la nature concrète des difficultés. Est-ce qu'elles sont d'ordre conjoncturel ? Ou est-ce qu'elles proviennent d'un problème de rentabilité plus prononcé ? Ce diagnostic permet alors d'établir un plan de redressement judiciaire et financier qui vous renseignera sur le financement à demander pour votre société en difficulté, et d’être précis sur vos besoins de financement.

 

Selon ce diagnostic et le besoin global en financement pour professionnel en difficulté, votre société devra réunir la somme nécessaire en se servant de plusieurs solutions combinées.

 

Optimier le BFR ou le Besoin en Fonds de Roulement

 

Ce levier a été trop souvent sous-estimé et négligé. Il faut pour cela penser à :

 

- Un recouvrement des sommes dues à la firme via ses clients. Toutefois, il faut savoir que la demande de règlements plus rapides ou d'avance à certains clients devra être menée avec précaution en raison des éventuelles inquiétudes qui pourraient impacter sur votre demande de financement pour votre société en difficulté ;

 

- Rallonger raisonnablement les délais de paiement de certains créanciers ;

 

- Entreprendre des négociations par le biais de CCSF en vue d'obtenir des délais de paiement pour certaines dettes sociales et fiscales ;

 

- Concéder les actifs non stratégiques. Cependant, faites attention aux conditions de cession qui doivent être obligatoirement annoncées, justifiées et au prix du marché pour éviter de mettre en cause votre responsabilité en tant que dirigeant (risques relatifs à la période suspecte) ;

 

- Mettre en place un financement d’entreprise en difficulté sur actifs, si cela est possible : à savoir, un factoring ou toute autre mobilisation des créances des clients ou un sale and lease back sur des immeubles ou des machines (financement matériel professionnel).

 

Ces actions de leasing devraient permettre de limiter les besoins de financement pour entreprise en difficulté ou en démarrage subsistants. Le cas échéant, vous serez amené à rechercher un financement pour société en difficulté complémentaire sous forme de prêt annexe, de refinancement d'échéance financière conséquente ou d'augmentation de capital auprès des actionnaires.

 

L'octroi d'un financement société en difficulté

 

Il peut arriver que le refus d'une banque d'accorder un crédit à une entreprise dans une situation d'endettement puisse la faire mettre en difficulté. L’entreprise requiert donc un financement pour professionnel en difficulté.

 

Même pour un problème précaire, la banque n'accorde que très rarement un crédit pour une entreprise en difficultés. Toutefois, en cas de refus d'un financement pour une entreprise en difficulté, la société peut faire une nouvelle demande à la banque et se tourner vers la Médiation du Crédit. Cette dernière a été instaurée en novembre 2008 pour aider les entreprises en difficultés dans l'octroi de crédits bancaires.

 

La Médiation du Crédit est accessible à tout dirigeant, commerçant, artisan, à la profession libérale qui est confronté à une fin de non-recevoir de sa banque alors que sa firme fait face à : des problèmes de trésorerie ou de financements, une absence ou un manque de fonds propres … L'objectif de cet organisme s'appuie sur un concept : ne pas abandonner la société dans ses difficultés de trésorerie ou de financements et dans la recherche d'un financement de société en difficulté. Vous serez habilité à vous adresser au médiateur une fois après avoir essuyé le refus de la banque.

 

Les autres alternatives d'aide pour le prêt aux entreprises en difficultés

 

Un financement professionnel en difficulté pour les problèmes de nature ponctuelle

 

Dans le cas où la société traverse des difficultés ponctuelles, des solutions internes ont été mises en place et un plan de retournement plausible est de mise, vous pourrez alors vous diriger vers :

 

• Vos actionnaires : pour négocier les délais, vous avez besoin de ces créanciers bancaires existants (le plus souvent, les banques pourront octroyer des délais sur le principal en gardant le paiement des intérêts). Néanmoins, ce type de renégociation s'avère difficile si les actionnaires ne vous soutiennent pas à 100 %. Cette renégociation doit être faite avec l'aide d'un mandataire ad hoc ou d'un conciliateur. Mais au final, elle est un très bon compromis pour les entreprises en difficulté transitoire de trésorerie.

• Vous pouvez rechercher une contribution en argent de la part de vos investisseurs en retournement (fonds de retournement)

Un financement professionnel en difficulté pour les problèmes de nature structurelle

 

Les difficultés de trésorerie structurelles peuvent engendrer des solutions plus ou moins confortables pour les actionnaires de votre entreprise. Effectivement, sans un financement d’entreprise en difficulté visé, la société pourra :

 

• Ouvrir une procédure de redressement judiciaire dans le but de geler son passif pour le filtrer. Dans ce cas précis, c'est sur une période maximale de 10 ans (correspondant à un financement société en difficulté gratuit sur cette même période, mais avec l'ensemble des impacts sur le fonds de commerce reliés à une procédure collective). Le cas échéant, le tribunal de commerce peut décider de mettre en œuvre un plan de continuation de l'entreprise en difficulté.

• Prospecter des investisseurs en laissant son capital ouvert à des tiers. Ainsi, ils pourront concevoir, financer et mettre en place un meilleur financement société en difficulté. Néanmoins, il faudra que leur implication considère les différents risques d'exécution et la situation proprement dite. Leur apport se fera donc en fonction des bases de valorisation moindres et les actionnaires existants.

À défaut d'un financement professionnel en difficulté fiable et durable pour remédier à vos difficultés structurelles – convaincre des investisseurs en retournement de la possibilité d'un plan de retournement crédible – persuader un tribunal, la solution serait de céder la société à un tiers dans un contexte de plan de cession. Cette option écrasera instantanément le passif ainsi que les actionnaires.

 

Si vous êtes dans l'incapacité de trouver des mesures correctrices, vous pouvez penser à des mesures préventives que nous verrons ici-bas.

 

Prévenir les difficultés de la société en amont : c'est possible !

 

La loi de sauvegarde a induit plusieurs dispositifs de prévention des risques, mais ils sont encore méconnus par le grand public. Voici tout ce que vous devez savoir à ce propos.

 

Avant que la cessation de paiements d'une entreprise entre en cause, des solutions sont envisageables pour anticiper et prévenir les difficultés financières. Ces dispositifs favorisent le renforcement de la prise de conscience du dirigeant. Ainsi, il pourra se diriger vers le financement d’entreprise en difficulté adaptée afin de sortir de cette crise. Plus tôt les difficultés sont identifiées et acceptées, mieux l'entreprise se portera.

 

Pour cela, différentes questions doivent trouver leurs réponses :

Quels sont les moyens préconisés pour prévenuir les difficultés financières d'une société ?

 

La réglementation française a été bousculée depuis peu par la loi de sauvegarde concernant le traitement des difficultés des entreprises et le financement professionnel en difficulté. L'objectif primaire de cette loi est la prévention des difficultés financières. Dans cette optique, elle a introduit et consolidé des mécanismes qui visent à éliminer la cessation de paiements. Autrement dit, cela concerne l'impasse d'une société lorsque son actif existant est insuffisant pour faire face au passif nécessaire. Avant de clore par les procédures classiques du redressement et de la liquidation judiciaire, en tant que chef d'entreprise, vous devez vous équiper de plusieurs outils pertinents.

 

• Miser sur un mandat ad hoc

Ce mécanisme de prévention des difficultés est souple et facile à mettre en place. Cette procédure entre en scène avant la cessation des paiements en vue de prévenir les problèmes financiers.

 

Quant à la mise en place d'un mandat ad hoc, vous devez vous adresser directement au tribunal compétent. Le contenu de la demande doit expliquer et justifier les difficultés auxquelles votre société fait face. Il revient au président du tribunal de déterminer si cette procédure est nécessaire ou non.

 

C'est le mandataire ad hoc qui agit dans le traitement des difficultés liées au financement d’un professionnel en difficulté. Indépendant, il n'exerce pas dans votre société. Il vous dispensera une aide et des conseils avisés. Il ne peut pas prendre de décision à votre place. Raison pour laquelle c'est la solution la plus plébiscitée des entrepreneurs sujets à des difficultés.

 

• Avoir recourt à une procédure de conciliation

La procédure de conciliation a été introduite par la loi de sauvegarde en 2005. Il s'agit de la deuxième option pour les chefs d'entreprise en difficulté. Cette dernière doit faire l'objet d'une demande auprès du tribunal de grande instance ou du tribunal de commerce. Comme le mandat ad hoc, seul le dirigeant est l'investigateur de la conciliation. Par contre, celle-ci peut succéder la cessation des paiements dans un délai de 45 jours au maximum.

 

Il est bon de savoir que le conciliateur fait office du mandataire du mandat ad hoc. Toutefois, sa mission est plus courte et se limite à une durée maximale de 4 mois. Il est l'interface entre l'entreprise en difficulté et ses créanciers dans l'obtention d'un accord et d'un plan de remboursement. Le dirigeant reste le seul décisionnaire.

 

• Ouvrir une procédure de sauvegarde

Elle est destinée aux entreprises qui ne sont pas encore en cessation de paiements. Elle est ouverte sous un délai de 2 mois suivant votre demande au tribunal compétent.

 

Le document déposé doit être justifié et mentionner vos arguments. Vous devez expliquer les raisons pour lesquelles vous n'arrivez pas seul à trouver un financement pour votre société en difficulté.

 

C'est au tribunal de désigner un administrateur judiciaire qui vous aidera dans la gestion de l'entreprise. Il prend des décisions et définit des procédures de sauvegarde. Celui-ci doit être validé et entraîne la nomination d'un mandataire judiciaire qui n'est autre que le représentant de l'entreprise requérante d'un financement professionnel en difficulté.

 

Lease France : votre allié incontournable pour le financement société en difficulté

 

Dès que le taux d'endettement est trop élevé, il s'avère difficile à la société d'accéder à un financement entreprise même un financement d’entreprise en difficulté.

 

À ce titre, Lease France met à la portée des entreprises, un financement professionnel en difficulté non bancaire dans de nombreux secteurs : industrie, santé, transport, commerce, etc.

 

Une cinquantaine de conseillers seront à votre écoute afin de vous prodiguer des conseils avertis. Ils sauront également vous accompagner dans toutes les démarches à entreprendre pour obtenir le financement de votre entreprise en difficulté qui vous convient.

 

Nous mettons en place des solutions performantes et innovantes qui seront adaptées à votre trésorerie.